La RSB tout près de sa première étoile africaine



Mounir Jaâouani : Nous n’allons rien lâcher, car il y a une Coupe à remporter
Christian Gross : Nous allons nous battre jusqu’à la dernière minute

Place à la finale retour de la Coupe de la Confédération, ce dimanche soir à partir de 20 heures au stade Borj Al Arab à Alexandrie entre l’équipe égyptienne du Zamalek et son homologue marocaine de la Renaissance sportive de Berkane.
La RSB abordera cette seconde manche alors qu’elle reste sur une courte mais précieuse victoire à l’aller par 1 à 0, but de Laba Kodjo. Un match difficile que les Berkanis tâcheront de bien négocier face à un adversaire décidé à renverser la donne.
La RSB sait fort bien qu’elle a rendez-vous avec l’histoire ; elle qui s’était adjugé la saison dernière son premier trophée, la Coupe du Trône, voudrait que sa campagne africaine soit marquée par un sacre amplement mérité pour cette génération de joueurs.
Sur place depuis mercredi dernier, la Renaissance de Berkane s’applique à peaufiner son programme de préparation, et ce en présence de tout le groupe excepté le vétéran Abdessamad El Mbarki, forfait pour ce match. Quant au Burkinabé Alain Traoré, il participe aux séances d’entraînement mais il reste incertain, vu qu’il n’a pas récupéré à cent pour cent de sa blessure.
Toutefois, la RSB c’est une armada de joueurs de qualité qui a beaucoup gagné en expérience depuis la précédente édition où l’équipe avait atteint les quarts de finale. Les partenaires du capitaine El Aziz devraient s’attendre à ce que la partie soit emballée d’entrée par le Zamalek qui sera privé des services de deux éléments clés, le défenseur tunisien Hamdi Negguez et l’attaquant Omar Sayed, suspendus. Et il est probable de voir l’international marocain Khalid Boutayeb aligné après une longue absence à cause d’une blessure.
 Aux joueurs berkanis de contenir la fougue de leurs homologues cairotes et de saisir les espaces dans l’espoir de dénicher une faille susceptible de tuer le match. C’est d’ailleurs le scénario escompté et l’équipe a les moyens de le traduire sur la pelouse, tant la confiance et la motivation sont bien là.
Et c’est ce que pense le coach de la RSB, Mounir Jaâouani qui a affirmé que « la confrontation sera compliquée et nous nous sommes préparés à tous les scénarios. Nous allons jouer à fond notre chance et nous n’allons rien lâcher, car il y a une Coupe à remporter », et à conserver vu que le trophée a été gagné la saison écoulée par le Raja de Casablanca
Quant à l’entraîneur du Zamalek, le Suisse Christian Gross, il a indiqué que «nous allons nous battre jusqu’à la dernière minute pour remporter le titre et l’offrir ainsi à nos supporters».
A noter que l’arbitrage de cette finale retour a été confié au referee éthiopien Bamlak Tessema qui sera assisté par le Sénégalais Haj Malik Samba et le Sud-Africain Zakali Zouiss. Quant au Zambien Jani Sikazwi, il a été retenu comme premier arbitre assistant vidéo, devant être secondé par le Sénégalais Jirba Camara et le Soudanais Walid Ahmad.
Il convient de rappeler que la Coupe de la Confédération CAF est un concours qui réussit fort bien aux clubs marocains qui l’avaient déjà remporté à six reprises grâce au KACM dans son ancienne formule en 1995, au Raja en deux temps 2003 et 2018, à l’ASFAR en 2005, au FUS en 2010 et au MAS en 2012.


إقرأ بقية المقال على Libération.

تعاليق

منتدى