124 fermes aquacoles seront réalisées à Dakhla-Oued Eddahab



100 projets programmés pour 507 jeunes entrepreneurs

Le plan d’aménagement aquacole de cette région prévoit l’exploitation de 2.330 ha pour produire 78.000 tonnes de produits aquacoles spécialisés essentiellement dans la culture de coquillages et d’algues marines.

La région de Dakhla-Oued Eddahab, priorisée dans la stratégie de développement de l’aquaculture, verra l’installation de 124 fermes aquacoles. Aussi, 100 projets sont programmés pour 507 jeunes entrepreneurs originaires de ladite région, organisés en 100 groupements, qui se sont engagés à intégrer cette activité après avoir suivi un programme de formation spécialisé.

Dans ce sens, 100 jeunes entrepreneurs, chefs de file desdits groupements, bénéficient d’un programme de formation théorique et pratique ayant été lancé au niveau de Dakhla, en partenariat avec la Direction de la formation maritime, des gens de mer et du sauvetage, relevant du département de la pêche maritime, et l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail. Le coup d’envoi de ce programme a été donné en mars 2018 et va s’étaler jusqu’au mois d’octobre 2018 pour l’initiation des jeunes entrepreneurs au métier de l’aquaculture. Alors que le plan d’aménagement aquacole de cette région prévoit l’exploitation de 2.330 ha pour produire 78.000 tonnes de produits aquacoles spécialisés essentiellement dans la culture de coquillages et d’algues marines.

La zone concernée par le plan aquacole est délimitée entre le nord de la baie de Dakhla et le sud de la baie de Cintra sur une distance cumulée de 225 km, et qui est à vocation aquacole par excellence, elle dispose d’un fort potentiel pour accueillir une large palette de projets aquacoles. Actuellement, l’activité se base sur la conchyliculture et se concentre essentiellement dans la baie de Dakhla, plus précisément dans les sites de Boutalha et Duna Blanca, notamment pour l’élevage des huîtres. A côté de cet élevage, d’autres activités littorales sont développées autour du ramassage de diverses espèces de coquillages telles que le couteau, le bigorneau, la coque et la moule.

En vue de faciliter la mise en œuvre du plan d’aménagement de ladite zone et d’orienter les investisseurs selon les dimensions de leurs futurs projets, l’espèce à élever et la technique d’élevage, la zone du plan a été subdivisée en 3 espaces/secteurs homogènes présentant les mêmes conditions environnementales et socio-économiques, à savoir le secteur M1 (baie de Dakhla), le secteur M2 (zone intermédiaire) et le secteur M3 (baie de Cintra).

Parmi les résultats phares au niveau de cette région, figure aussi la réussite du projet de la première écloserie nationale de coquillages, inaugurée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI le 9 février 2016, et dont le coût d’investissement dépasse les 100 millions DH.

Cette écloserie connaît un grand succès après avoir pu maîtriser par excellence la reproduction des naissains de la palourde européenne, espèce indigène en voie de disparition dans d’autres pays. La production de cette espèce très demandée sur le marché international contribuera dans le positionnement de la région de Dakhla-Oued Eddahab en tant que producteur pionnier de ce produit de haute valeur commerciale.

Celle-ci s’appuie sur des infrastructures de transport et de logistique performantes pour en faire un territoire interconnecté. En effet, grâce à son infrastructure portuaire importante dédiée à la pêche et au commerce, à son aéroport international en plus du réseau routier desservant toute la région ainsi que le maillage des villages de pêcheurs (VDP), la région est un territoire qui dispose d’un grand potentiel pour le développement de l’industrie aquacole.


Lire la suite sur Aujourd'hui le Maroc.

Commentaires des lecteurs

Forum de discussion