«Kahwa#2»

Vers la structuration du cirque et des arts de la rue au Maroc



Organisé dans le cadre de la 3ème édition des états généraux de la culture au Maroc

La ville de Tzinit se transforme en un lieu de réflexion et d’échange autour des questions liées à la coopération internationale et à la structuration du cirque et des arts de la rue au Maroc. C’est à l’occasion de la 2ème édition de «Kahwa#2», prévue le 8 novembre et organisée dans le cadre de la troisième édition des états généraux de la culture au Maroc.

Initié par l’association Racines et Circostrada (réseau européen pour les arts du cirque et les arts de la rue), ce cycle annuel vise, selon les organisateurs, à renforcer, nourrir et développer les collaborations professionnelles et artistiques entre l’Europe et les pays du bassin sud de la Méditerranée. «Au Maroc, les acteurs culturels approfondissent les liens entre création artistique et territoire(s), à l’échelle locale, régionale et internationale. Depuis les premiers états généraux de la culture en 2014, le paysage des arts de la rue et du cirque s’est considérablement transformé et enrichi de compagnies, de projets, d’une fédération marocaine des arts de la rue ainsi que de projets de coopération internationale. A l’heure où les douze régions marocaines élaborent leurs plans de développement régionaux (PDR), comment les artistes et opérateurs culturels s’emparent-ils des enjeux artistiques des territoires et contribuent-ils à leur développement local ?», explique-t-on à ce sujet.  Dans ce sens, «Kahwa#2» propose un programme riche en rencontres et débats.

Au menu, un débat placé sous le thème «Quel paysage et quels projets pour les arts du cirque et des arts de la rue ?». Une occasion pour Racine pour présenter le diagnostic et état des lieux des politiques culturelles au Maroc, notamment le volet dédié aux arts de la rue, de la création artistique en espace public et du cirque. Au programme également des ateliers thématiques où les participants seront répartis en trois groupes. Parmi les thèmes prévus : «Arts du cirque, de la rue et arts en espace public : quelle diffusion des artistes au Maroc et à l’international ?», «Quels moyens sont à mettre en place pour encourager et diversifier cette diffusion?», «Coopération internationale: quels sont les endroits où s’opère la coopération ?» et «Les enjeux et les outils de la structuration professionnelle des arts de la rue et des arts du cirque au Maroc».

Racines est une association marocaine à but non lucratif œuvrant pour l’intégration de la culture dans les politiques publiques de développement humain, social et économique. «Racines est née de la volonté d’acteurs culturels marocains, convaincus que la problématique de la culture est commune aux pays africains et arabes : faiblesse d’implication de l’État en termes de politiques culturelles, non reconnaissance de la culture comme un droit humain, faibles industries créatives, non protection des droits des artistes, insuffisance de l’offre de formation aux métiers de la culture, etc.», indique-t-on. Les projets développés par Racines s’articulent autour de différents thèmes et engagements : politiques culturelles (recherche, plaidoyer, mapping), arts et culture pour le développement social, entrepreneuriat, formation et renforcement des capacités des acteurs, liberté d’expression artistique, droits et statut de l’artiste.


Lire la suite sur Aujourd'hui le Maroc.

Commentaires des lecteurs

Forum de discussion