Maduro entame un deuxième mandat contesté dans un Venezuela isolé



Le président Nicolas Maduro a été investi jeudi à la tête du Venezuela pour un deuxième mandat, considéré comme illégitime par les Etats-Unis, l’UE  et de nombreux autres pays qui ont menacé d'accroître la pression sur le régime.
Peu avant la cérémonie, Washington a indiqué qu'il ne reconnaîtrait pas "l'investiture illégitime de la dictature Maduro". "Nous continuerons d'augmenter la pression sur ce régime corrompu, de soutenir l'Assemblée nationale démocratique et d'appeler à la liberté et la démocratie au Venezuela", a tweeté le conseiller à la sécurité nationale, John Bolton.
Le département d'Etat américain a fait état d'un entretien téléphonique entre le secrétaire d'Etat Mike Pompeo et le président de l'Assemblée nationale, Juan Guaido, auprès duquel M. Pompeo a réaffirmé "l'engagement des Etats-Unis envers l'Assemblée nationale, la seule institution légitime".
Pour Chrystia Freeland, ministre canadienne des Affaires étrangères, M. Maduro a perdu "ses dernières allures de légitimité" et "a maintenant totalement établi sa dictature".
Le ministère brésilien des Affaires étrangères a lui aussi qualifié d'"illégitime" le nouveau mandat de M. Maduro. "Le Venezuela vit sous un régime de dictature", a déclaré le président argentin Mauricio Macri.
A Lima, une vingtaine de manifestants vénézuéliens antichavistes ont fait irruption dans l'ambassade de leur pays pour protester contre l'investiture de M. Maduro.
L'UE a dénoncé un mandat issu d'"élections non démocratiques" et a menacé de prendre des "mesures appropriées" en cas de nouvelles atteintes à l'Etat de droit et des droits de l’Homme. "Les élections présidentielles tenues en mai dernier au Venezuela n'ont été ni libres ni équitables et les résultats manquent de crédibilité", a-t-elle déploré.
"L'UE engage le président Maduro à reconnaître et à respecter le rôle et l'indépendance de l'Assemblée nationale, en tant qu'institution démocratiquement élue, à libérer tous les prisonniers politiques, à respecter l'État de droit, les droits de l'Homme et les libertés fondamentales et à répondre immédiatement aux besoins urgents de la population", a rappelé Mme Mogherini.
Et l'Organisation des États américains (OEA), réunie en session extraordinaire à Washington, a déclaré "illégitime" le pouvoir vénézuélien.
M. Maduro a réagi dans son discours d'investiture.
"Le Venezuela est au centre d'une guerre mondiale de l'impérialisme nord-américain et de ses gouvernements satellites", a déclaré le dirigeant socialiste, qualifiant son mandat de "légitime".
"Respectez le Venezuela ou l'histoire vous fera payer cette dette le plus tôt possible", a-t-il lancé aux Européens, les accusant de ranimer leur "vieux colonialisme".
La semaine dernière, à l'exception du Mexique, les pays du Groupe de Lima --14 pays d'Amérique latine et le Canada-- avaient appelé Nicolas Maduro à renoncer à son mandat. Dès jeudi, le Paraguay, membre du Groupe, a annoncé rompre ses relations diplomatiques avec Caracas.
Après son investiture, ses partisans lui ont réaffirmé leur "loyauté et soumission absolue" lors d'une parade rassemblant 4.900 soldats.
La résignation est pourtant palpable dans le pays, alors que de nombreux Vénézuéliens sont asphyxiés par la plus grave crise économique de l'histoire moderne du pays, pourtant doté des plus grandes réserves de pétrole au monde.
Selon plusieurs experts, la crise économique devrait encore s'aggraver. Sous le mandat de Nicolas Maduro, l'économie s'est réduite de moitié et le pays devrait encore connaître un repli de 5% en 2019 selon le FMI.
Outre les pénuries d'aliments et de médicaments, les Vénézuéliens doivent faire face à une hyperinflation qui, selon le FMI, atteindra 10 millions pour cent en 2019.
Et l'exode le plus massif de l'histoire récente en Amérique latine devrait se poursuivre: l'ONU estime que 5,3 millions de Vénézuéliens auront fui leur pays en 2019.
Nicolas Maduro entame son deuxième mandat alors que des gouvernements conservateurs reprennent la main en Amérique latine.
Tout en demandant un sommet des présidents du continent pour "discuter de toutes les questions", il a réitéré sa menace de représailles diplomatiques contre les pays du Groupe de Lima.
Le parlement a appelé de son côté l'armée à ne pas reconnaître le nouveau mandat de M. Maduro. "Nous demandons clairement à l'armée (...) qu'elle fasse un pas en avant et ne reconnaisse pas ce qui n'est pas le résultat d'un vote populaire", a déclaré son président, Juan Guaido.


Lire la suite sur Libération.

Commentaires des lecteurs

Forum de discussion