Espace

Première sortie spatiale 100 % féminine




Les astronautes américaines Christina Koch et Jessica Meir sont sorties vendredi 18 octobre 2019, ensemble de la Station spatiale internationale (ISS) pour effectuer une réparation, marquant la première fois en six décennies d’histoire spatiale que deux femmes mènent une sortie dans l’espace.

Une sortie 100% féminine avait été programmée en mars dernier, mais la Nasa avait dû l’annuler quatre jours avant, faute d’avoir deux combinaisons de la bonne taille prêtes à l’emploi.

La sortie de vendredi, commencée à 11H38 GMT, doit durer cinq heures et demie, et vise à changer une unité de recharge des batteries datant de 2000 et mystérieusement tombée en panne le week-end dernier.

Christina Koch, plus expérimentée, est sortie la première, en flottant lentement dans son encombrante combinaison blanche, toujours arrimée par un câble à la station, qui file à 8 kilomètres par seconde autour de la Terre, 415 km au-dessus des océans.

« J’avance… », a ensuite dit Jessica Meir, arrivée en septembre dans l’ISS, avant de sortir à son tour du sas. A l’intérieur sont restés un Américain, deux Russes et un Italien.

Armée de clés à molettes et d’un tournevis électrique, Christina Koch s’est arrimée au bras articulé de la station, piloté par l’Italien Luca Parmitano, pour aller chercher l’unité de rechange stockée ailleurs sur la station. Jessica Meir, biologiste marine de 42 ans, progressait en s’accrochant d’anneau en anneau.

C’est la quatrième sortie spatiale de Christina Koch, mais le spectacle restait apparemment tout aussi extraordinaire pour l’ingénieure de 40 ans.

« Stephanie, je suis obligée de demander, mais qu’est-ce qu’on survole en ce moment? », a-t-elle demandé à la salle de contrôle à Houston, où une autre femme, l’ancienne astronaute Stephanie Wilson, communiquait avec elles.

« Christina, Jessica, nous volons au-dessus du Moyen-Orient », a répondu Stephanie Wilson. Plus précisément: le sud de Ryad, la capitale de l’Arabie saoudite. L’ISS fait le tour de la Terre en 90 minutes.


Lire la suite sur L'Observateur du Maroc.

Commentaires des lecteurs

Forum de discussion